samedi 18 février 2017 à 16h

Assemblée Générale de Soutien - Samedi 16h DEVANT LE BATIMENT

Communiqué de presse des habitants de l'ancienne maison de retraite de l'Alouette Pessac - Gironde - du 16/02/2017 - 18h

EXPULSION PUNITIVE de L'ALOUETTE

Assemblée Générale de Soutien - Samedi 16h DEVANT LE BATIMENT

Aujourd'hui, jeudi 16 février, la Préfecture a fait exécuter l'avis d'expulsion prononcé il y a quelques jours à l'encontre des occupants de l'ancien EHPAD de L'Alouette à Pessac. Se confirme ainsi la brutalité et le cynisme de la direction du CHU, propriétaire des locaux, qui, après avoir ordonné la coupure de l'électricité, et donc de tout chauffage et éclairage, a justifié sa demande d'expulsion par l'insalubrité du bâtiment, en raison, justement du manque d'électricité.

Ce matin, à 9H00, plus de 60 CRS et policiers nationaux sont intervenus pour évacuer, par la force, les locaux. Sans sommation ni négociation d'aucune sorte, ils ont pénétré dans l'établissement et en ont expulsé les occupants, y compris un nourrisson et un enfant de 15 mois, qui se sont retrouvés à la rue. Ils ont effectué des contrôles d'identité et ont chargé dans un camion de déménagement les quelques meubles et affaires qui s'y trouvaient. Il est désormais interdit à quiconque de pénétrer dans les lieux.

Loin d'être relogées par les autorités, les familles sont actuellement accueillies, de façon temporaire et précaire, par des habitants de Pessac ou des environs.

Comme après le grand parc, les personnes ayant été à l'hôtel puis relogées par des simples citoyens ont eu et auront le suivi administratif et alimentaire par cette même solidarité citoyenne.... La nuit dernière il y avait 35 personnes qui ont dormi. Certaines personnes, parties travaillées ne sont au courant que ce soir de l'évacuation.

Seule 1 famille de 5 personnes dont une enfant de 2 ans et 7 ans scolarisé... a été relogée à l'hôtel par le dispositif 115.... mais où est l'hôtel ? et pour combien de temps ???

A l'heure où nous rédigeons ce communiqué le Centre Accueil d'Information et d'Orientation qui gère la plate forme téléphonique du 115 entre autres, a conseillé à 1 famille arménienne avec 2 enfants (4 personnes) de nous contacter pour pouvoir les héberger...

Nous, citoyens, militants, associations, syndicats du CHU, et autres syndicats accompagnés des nombreuses personnes qui ont manifesté leur soutien à l'Alouette, condamnons avec force cette évacuation qui va précariser plus gravement encore des familles déjà dans une grande détresse. Nous dénonçons une politique d'intimidation violente et inhumaine, nous contestons la légitimité d'actes d'autorité démesurés.

Nous dénonçons auprès du Conseil d'État le déni de justice en raison de l'utilisation d'une procédure de mesure dite « utile » sans débat contradictoire, et le déni d'humanité de la préfecture et de la direction générale du CHU.

La pétition « Non à l'expulsion de l'alouette » sur mesopinions.com avait plus de 900 signataires à l'heure de l'expulsion. Elle atteint les 2900 signatures à l'heure de la rédaction de ce communiqué de presse.

http://www.mesopinions.com/petition/politique/expulsion-familles-…

Les citoyens, familles et militants, occupants et soutien de l'Alouette.

Les co- signataires :
Sud Santé CHU bordeaux, CFDT CHU Bordeaux, La CGT du CHU Bordeaux, de Ford et USD 33, NPA, DAL33, AC ! Gironde, L'Orchestre Poétique d'Avant-guerre (O.P.A)

Soutien :
Médecins du Monde Aquitaine, CIP Gironde,...

…..

et autres signatures à venir … en attente d'accord. Nous vous tiendrons au courant dans la matinée de demain.

Comment venir au 231 Avenue Pasteur

- en Tram B arrêt France Alouette

- en Bus 4 arrêt

- en voiture Sortie 13 puis direction Alouette puis Pessac centre

https://goo.gl/maps/1owrVjC5oLP2

Revue de Presse du jour de l'expulsion :

L'humanité

rue 89 Bordeaux

Sudouest

Le parisien

FRANCE 3 édition 19/20 du 8/02/17

famillexesdelalouettexe@gmail.com

Source : message reçu le 16 février 20h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir